Comprendre ses blessures pour vaincre les troubles alimentaires

par | Nov 29, 2023 | Blog, Santé | 0 commentaires

Bienvenue dans ce nouvel article. Aujourd’hui, nous allons parler d’un sujet qui a été assez déterminant dans mon parcours de guérison qui est la compréhension des blessures émotionnelles pour vaincre les troubles alimentaires. Il y a quelques mois, j’ai lu un livre incroyable de Lise Bourbeau, qui est notamment très connue pour son best-seller Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même. C’est d’ailleurs un livre qu’elle conseille de lire pour comprendre les bases de sa méthode et elle y fait beaucoup référence dans ses autres ouvrages, dont celui sur lequel je me suis appuyée pour construire cet article. Ce livre de Lise Bourbeau, publié en 2019, s’intitule Stop au Contrôle – Et si votre relation à la nourriture vous permettait de mieux vous connaître ? et je trouvais le sujet vraiment pertinent car, en lisant ce livre, je me suis moi-même beaucoup reconnue et j’ai reconnu de nombreux patients également.

Avant d’aller plus loin, si vous souhaitez réapprivoiser votre comportement alimentaire pour vous sentir mieux dans votre corps et arrêter de subir votre alimentation, je vous propose une mini-formation gratuite qui dure 5 jours pour vous aider à faire la paix avec votre assiette. Dans cette mini-formation gratuite, vous apprendrez notamment :

  • Pourquoi 99% des régimes sont voués à l’échec ;
  • Pourquoi la nourriture n’est finalement pas le problème ;
  • Comment vous avez utilisé la nourriture pour anesthésier des émotions douloureuses ;
  • La méthode pour arrêter de craquer sur la nourriture ;
  • Comment arrêter de vouloir à tout prix remplir ce vide en vous ;
  • Comment tendre vers une alimentation sereine et intuitive qui répond à vos besoins.

Si cette mini-formation vidéo de 5 jours vous appelle, inscrivez-vous gratuitement ci-dessous :

Pour commencer, sachez que je n’ai pas toujours eu cette vision holistique, qui inclut autant le corps et les émotions de l’Être. Quand j’ai appris que j’avais un trouble alimentaire, mon premier réflexe a été d’incriminer mon alimentation. Forcément, c’était la nourriture le problème ! Très sincèrement, je pensais qu’en adoptant tel mode d’alimentation, je me sortirais de mon TCA. J’étais quelque part convaincue que mon TCA était dû au fait que mon alimentation était inappropriée. C’est pour cette raison d’ailleurs que j’ai suivi de nombreux régimes alimentaires comme la Starch Solution, le régime cétogène, la cure de jus de légumes, l’alimentation vegan, la détox du sucre, la diète flexible, etc. À chaque fois que j’essayais un nouveau régime, je partais convaincue que c’était la solution pour me sortir des TCA.

Il faut se rappeler aussi qu’à l’époque, je regardais beaucoup d’influenceuses sur YouTube qui partageaient leur histoire, et beaucoup de celles que je suivais proclamaient avoir guéri des TCA en étant devenues vegan. C’est une excellente chose pour elles si elles s’en sont véritablement sorties, je l’espère, mais c’était une catastrophe pour moi. Je suis restée végétarienne, à tendance vegan, pendant 4 ans. Et je vous assure que c’était une alimentation qui ne me convenait pas du tout. À cette époque, j’avais énormément de troubles digestifs, de ballonnements, de fatigue, de sautes d’humeur et j’avais aussi déréglé ma thyroïde car je consommais pas mal de soja pour essayer d’avoir des protéines. En plus de cela, j’étais carencée en iode, en zinc, en fer… des minéraux indispensables à l’activité thyroïdienne !

À un moment donné, je suis arrivée à bout de moi-même. J’avais la sensation d’avoir tout essayé, que rien n’avait fonctionné et j’avais fini par me dire que mes TCA, j’allais devoir apprendre à vivre avec. Donc j’ai commencé à remanger des protéines animales (viande, poisson, œuf) avec la peur immense de grossir ! Car vous savez, quand vous tombez dans un dogme, vous diabolisez et vous méprisez tout le reste sans vous en rendre compte. Avec les années, j’en étais arrivée à diaboliser la viande, à mépriser les gens qui mangent de la viande alors que je n’avais moi-même pas résolu mon problème de TCA.

Les TCA, ce n’est pas qu’une question d’alimentation

Je me souviens tout à fait de ce jour (alors pas de la date précise, mais du moment en lui-même). C’était un soir où je traînais sur YouTube, j’étais dans mon appartement d’étudiante (je regardais beaucoup YouTube à l’époque, maintenant beaucoup moins) et j’ai découvert deux chaînes qui ont changé ma vie.

Je sais que cela pourra paraître cliché pour certaines personnes mais ce n’est pas grave. Pour moi, ça a vraiment contribué à m’ouvrir à d’autres thérapies, à d’autres manières de voir les choses et ce qui m’est arrivé, et à partir de là, tout a changé dans mon processus de guérison. D’une part, j’ai découvert la chaîne Tistrya qui est une chaîne de reportages sur l’étude de la conscience, le développement personnel, la spiritualité et la connaissance de soi. Voici 3 documentaires Tistrya que j’ai adorés : La puissance de l’intention, Lâcher prise avec Sylvain du Boullay et Le pouvoir de l’esprit avec Bruce Lipton. (Je les ai tous adorés mais je ne vous cite que ces trois-là et je vous laisse libre de visionner les autres si la chaîne vous plaît !). En tous cas, cette chaîne a bouleversé un tas de choses en moi et m’a confortée dans l’idée qu’il y avait autre chose à creuser au-delà du plan matériel.

L’autre chaîne, c’est celle de David Laroche. On aime ou on n’aime pas. Moi, j’ai découvert sa chaîne quand j’étais étudiante et à cet âge-là, ça a changé ma vie. J’ai suivi une formation de David Laroche à un moment où j’en avais profondément besoin et j’ai assisté à un de ses séminaires à Paris. J’ai regardé beaucoup de ses vidéos et voici 3 vidéos qui m’ont marquée à l’époque : comment savoir dire non, comment apprendre à aimer ses parents et comment apprendre à s’aimer soi-même. Ce sont des vieilles vidéos, rien à voir avec ce qu’il produit actuellement ! Mais si cela peut vous aider vous aussi, alors j’aurai été utile par ce partage. Ce sont évidemment des thèmes auxquels je consacre une importance fondamentale au sein de mon programme T.C.A – Transforme tes Croyances en Armes®, le programme sur 28 jours que j’ai créé pour vous aider à faire la paix avec votre corps et votre alimentation.

Mon initiation au développement personnel a commencé à ce moment-là, j’étais étudiante et je regardais ces vidéos. Ensuite, j’ai lu des livres sur la psychologie du comportement alimentaire et c’est là que j’ai senti que, peu à peu, des choses se débloquaient en moi. Pour en revenir à ce livre de Lise Bourbeau, il a fait partie des ouvrages qui m’ont permis de mieux me connaître. Même si sa lecture est assez récente, on en apprend toujours sur soi et j’avais envie de partager avec vous ce que j’en ai tiré.

Pour contextualiser ce que je vais dire, il faut savoir – si vous n’avez pas lu Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même – que Lise Bourbeau a défini comme étant ces 5 blessures : le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice. Vous allez comprendre dans un instant le lien qu’elle établit avec l’alimentation mais avant cela, il y a quelque chose de fondamental à comprendre et je vous le répète souvent : votre comportement alimentaire reflète exactement votre comportement dans tous les domaines de votre vie.

Par exemple, une personne très contrôlante dans sa vie sera plus susceptible de se mettre au régime et de s’y tenir, quand bien même c’est difficile. À l’inverse, une personne qui vit avec plein de peurs (peur de ne pas y arriver, de ne pas être appréciée, d’être licenciée, d’échouer, d’être abandonnée, d’être seule…) aura plus de risques de se réfugier dans la nourriture. C’est un comportement assez logique en fin de compte.

Quand on comprend cela, on comprend que si on a le sentiment de perdre le contrôle de sa vie, on perd le contrôle de son alimentation. Le contrôle commence sur le plan psychologique avant de s’exercer sur l’alimentation.

À l’inverse, une personne qui s’aime, qui se donne le droit d’être elle-même, dans le positif comme dans le négatif, à chaque instant, aura peu de risques de tomber dans un trouble du comportement alimentaire. Cela signifie aussi que cette personne s’autorise de ne pas toujours y arriver, de ne pas toujours s’écouter, d’avoir des zones de faiblesse et de faire des erreurs de temps en temps. Une personne qui s’aime est tolérante vis-à-vis d’elle-même.

Je vais vous citer les 5 blessures selon Lise Bourbeau et le comportement alimentaire associé à chacune de ces blessures. Peut-être que vous vous reconnaîtrez dans plusieurs de ces blessures, c’est normal, car nous les avons toutes en nous à différents degrés avec des prédominances pour certaines. Surtout, lisez bien jusqu’à la fin car – après vous avoir décrit le comportement alimentaire associé à chacune des 5 blessures – je vous parlerai de la psychologie des personnes concernées par l’anorexie, la boulimie et les compulsions alimentaires.

Les 5 blessures et leurs comportements alimentaires associés

Blessure du rejet (masque : fuyant) : Vous avez généralement l’appétit coupé en raison des ruminations quotidiennes et de votre besoin de contrôler. Vous prenez plus facilement des petites portions. Vous êtes plus attiré vers l’immatériel que le matériel, par conséquent manger n’a que peu d’intérêt pour vous. L’aliment le plus utilisé pour fuir le monde réel est le sucre, et ce, sous toutes ses formes, à défaut d’alcool ou de drogue. Vous ne vous êtes pas sentie aimée et acceptée dans ce que vous étiez, probablement depuis votre naissance.

Blessure de l’abandon (masque : dépendant) : Quand vous cherchez à vous contrôler, c’est le contraire qui se produit. Vous ne savez pas comment obtenir de l’amour, de l’attention ou de la reconnaissance, alors vous cherchez à compenser ce manque par la nourriture. Vous pouvez manger sans faim (et sans fin !) car il n’y a jamais assez de nourriture pour combler votre carence affective. Mais c’est votre cœur qui a besoin d’être rempli d’une bonne dose d’amour de soi. Vous pensez qu’attirer l’attention est le seul moyen de vous sentir remplie d’amour.

Blessure d’humiliation (masque : masochiste) : Vous vous retenez de manger devant les autres ou vous choisissez les options les plus saines pour éviter qu’on vous juge et qu’on vous considère, selon vos croyances, comme quelqu’un de bien. Mais chez vous, le masque tombe et vous n’arrivez pas à résister à la tentation. Vous mangez pour vous remplir, pour ne pas sentir ce corps dont vous avez honte. Plus vous vous dites que vous devez arrêter de manger, plus vous mangez. Vous culpabilisez de craquer, ce qui vous pousse à manger encore plus. Vous avez certainement appris dans votre enfance qu’il fallait penser aux autres et que c’était égoïste de penser à soi d’abord.

Blessure de trahison (masque : contrôlant) : Vous ajoutez du sel, du poivre ou des épices avant même d’avoir goûté votre repas. Vous avez tendance à faire d’autres choses en mangeant (lire, regarder la télé, scroller les réseaux sociaux…). Vous mangez vite sans prendre le temps de savourer. Vous avez été éduquée par des parents qui vous ont aimée selon leur perception mais ce n’était pas la vôtre et cela n’a pas comblé vos besoins affectifs.

Blessure d’injustice (masque : rigide) : Vous pouvez suivre un régime restrictif et vous contrôler pour atteindre le poids que vous considérez acceptable. Vous êtes plus susceptible d’exclure des catégories d’aliments de façon radicale (ex. j’arrête le sucre, je ne mange plus de desserts, je ne grignote jamais rien entre les repas…). Pour vous éviter de ressentir la culpabilité de craquer de temps en temps, vous vous raisonnez en vous disant “ce n’est pas souvent” ou “ce n’est qu’une seule fois”. Mais la culpabilité est bien présente et pour attirer votre attention dessus, votre corps peut vous envoyer des signaux d’alarme comme des douleurs physiques à un endroit du corps. Vous recherchez la perfection dans tous les domaines de votre vie et vos pertes de contrôle dans l’alimentation sont un moyen d’équilibrer le contrôle excessif dans tout ce que vous faites.

La psychologie des personnes atteintes de troubles alimentaires

Anorexie : Le rejet que vous éprouvez envers vous-même montre que vous éprouvez régulièrement de la culpabilité face à ce que vous êtes et ce que vous faites. Vous vous en demandez beaucoup trop ; vos attentes sont surréalistes.

Boulimie vomitive : L’alimentation est souvent reliée à la mère, puisque c’est la première personne au monde qui vous nourrit. Ici, une partie de vous est en manque profond de votre mère et, en même temps, vous vivez une contradiction intérieure, car vous la rejetez en vous faisant vomir. Selon Lise Bourbeau, c’est un message urgent qu’il est temps de faire la paix avec elle, de l’accepter telle qu’elle est, d’avoir de la compassion pour elle et de comprendre qu’elle a vécu la même chose que vous et qu’elle a souffert au même degré que vous.

Compulsions alimentaires : Si vous êtes portée aux compulsions alimentaires, c’est probablement que vous vous rejetez de façon systématique, et que vous êtes beaucoup trop exigeante envers vous-même. Rien n’est jamais assez parfait. De plus, votre estime de vous est très basse et vous êtes convaincue que personne ne peut vous aimer pour ce que vous êtes. Vous éternellement insatisfaite, quoi que les autres disent ou fassent pour vous. Il y a une carence émotionnelle à l’origine. Cependant, la souffrance engendrée par la consommation excessive d’aliments malsains ou les craquages compulsifs est plus grande encore que la souffrance psychologique qui les a induits.

Déconstruire les schémas des peurs

Manger par peur d’avoir faim : La peur d’avoir faim reflète votre peur d’être faible. Factuellement, nous avons les réserves nécessaires pour sauter un ou plusieurs repas. Je ne dis pas que c’est conseillé, mais c’est possible car nous sommes conçus pour survivre. Mais la peur peut prendre le pas sur cette vérité factuelle et vous pousser à manger par anticipation pour vous donner l’illusion d’avoir de la force.

Si vous croyez que vous avez faim, c’est signe que vous n’avez pas vraiment faim. Aussi, quand vous avez faim, vous appréciez ce que vous mangez. Quand vos papilles gustatives commencent à saturer et que vous n’appréciez plus votre repas autant qu’avant, c’est que vous êtes rassasiée.

Manger parce qu’on est anxieux : Vous mangez pour apaiser votre anxiété mais, paradoxalement, vous augmentez encore plus votre niveau d’anxiété en raison du sentiment d’impuissance face à la nourriture que vous ressentez.

Écouter son corps, ce n’est pas juste savoir bien manger en quantités adéquates. C’est savoir ce dont votre corps a besoin sur les trois plans : physique, émotionnel et spirituel. Et j’aime bien cette phrase tirée du livre de Lise Bourbeau qui dit : “Un vrai savoir provient seulement de l’expérience et non simplement de la connaissance.” Et pour en citer une autre : “Ta façon de t’alimenter n’est que le reflet de la façon dont tu alimentes les besoins de ton âme.”

Avant de finir cet article, j’aimerais enfin vous rappeler combien il est important, en plus d’apprendre à vous aimer, de vous respecter. De respecter votre corps mais avant tout, de respecter vos besoins et vos limites. Chaque fois que vous vous retrouvez dans une situation difficile, demandez-vous si le choix que vous êtes en train de faire est bon pour vous et prenez votre responsabilité de dire non si ce n’est pas le cas.

Une chose que je répète beaucoup en consultations et que Lise Bourbeau mentionne dans son livre, c’est combien le sentiment de culpabilité vous pousse à prendre du poids. Souvenez-vous du cercle vicieux privation → craquage → culpabilité → besoin de contrôle → privation → craquage → culpabilité, etc. Chaque fois que vous vous contrôlez, c’est signe de culpabilité intérieure puisque le besoin de contrôle est la conséquence même de votre culpabilité.

Vous savez ce qu’il vous reste à faire pour retrouver une relation saine et sereine avec votre corps et votre alimentation : travaillez sur votre pardon (aux autres et à vous-même aussi, c’est important), travaillez sur votre estime de soi, travaillez sur votre tolérance… encore une fois, ce sont des thématiques qu’on aborde dans mon programme T.C.A – Transforme tes Croyances en Armes®. Parce que vous avez le droit de vous sentir bien, aller bien ce n’est pas réservé aux autres, vous y avez droit vous aussi. Donc c’est parti, ça commence maintenant ! Je vous souhaite de prendre soin de vous et je vous dis à très bientôt.

Vous pourriez aussi aimer…

Mon pain au levain naturel maison

Mon pain au levain naturel maison

Le 1er janvier 2024, j'ai commencé à réaliser mon levain naturel maison. C'était une de mes résolutions de l'année : façonner mon propre pain ! Et je vous assure, quelle fierté de réaliser son pain au levain ! Pourquoi au levain naturel et non à la levure de boulanger...

Le danger des communautés pro-Ana et pro-Mia

Le danger des communautés pro-Ana et pro-Mia

Bienvenue dans ce nouvel article. Aujourd’hui, je vais vous parler d’un sujet assez particulier, peu connu du grand public et pourtant presque omniprésent dans le monde des troubles du comportement alimentaire, qui est les communautés pro-Ana et pro-Mia. Avant de...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Claire Poncet

En tant que diététicienne-nutritionniste spécialisée en psycho-nutrition et professeure de yoga certifiée Yoga Alliance, je vous accompagne vers la réconciliation avec votre corps.

LA SEMAINE HEALTHY !

Pendant 7 jours, je partage avec vous mes meilleures recettes saines et savoureuses pour vous régaler, tout en atteignant vos objectifs ! Inscription ci-dessous.