M
 

Pourquoi j’ai arrêté le développement personnel

par | Juin 26, 2024 | Blog, Santé | 0 commentaires

Bonjour à toutes et tous,

Alors vous vous en doutez, je n’ai pas arrêté mon processus intérieur ni cessé de m’intéresser à toutes ces pratiques de bien-être. Mais si je tiens à parler de ce sujet avec vous aujourd’hui, c’est parce que je trouve ce terme de développement personnel extrêmement limitant, et pas forcément juste en regard de notre réalité. On commence tous par les livres, les vidéos, les podcasts. C’est souvent un événement douloureux ou un challenge de notre vie qui nous pousse à commencer ce travail d’introspection. Si tout allait bien, je ne pense pas qu’on s’embêterait à vouloir comprendre ce qui nous arrive, ni à mieux se connaître !

Pourquoi adore-t-on le développement personnel ?

  • Parce qu’on a besoin de mieux se comprendre, de s’améliorer, de devenir quelqu’un de bien (ou quelqu’un tout court !).
  • Parce que c’est structuré. Or, on a besoin de structure. Avoir un cadre nous rassure.
  • Parce que c’est facile, dans le sens où un auteur ou un coach va nous faire part de sa méthode, et il n’y aura qu’à appliquer. Pas besoin de réfléchir ni de comprendre, vous suivez les règles et vous passez à l’action.

Pourquoi je ne fais pas de « développement personnel »

Alors, pourquoi je n’aime pas parler de développement personnel ? Je vous expose mes 5 raisons ci-dessous, ainsi que ma vision des choses sur ce terme bien galvaudé de nos jours.

1) Parce qu’il sous-entend que nous ne sommes pas complets

Faire du développement personnel, c’est selon moi sous-entendre que nous avons besoin de nous améliorer sans cesse pour devenir quelqu’un de bien. Que nous ne sommes pas assez. Qu’être nous-mêmes est insuffisant ! Je pense, au contraire, que nous sommes pleinement assez et que notre seul et unique but ici sur Terre est d’apprendre à nous connaître et à nous aimer. Le développement personnel sous-entend aussi que nous devons avancer pour réussir, et que ce faisant, nous allons quelque part vers un but bien défini. Or, je suis convaincue que nous n’allons nulle part, si ce n’est en notre centre.

2) Parce que le développement personnel place la solution à l’extérieur

La solution n’est pas dans un livre, dans une vidéo YouTube, un podcast ou un documentaire ; elle est en chacun de nous. En ce sens, je préfère de loin parler de connaissance de soi ou encore du fait d’œuvrer sur soi pour signifier ce processus intérieur. C’est ok d’utiliser des ressources extérieures tant que vous avez intégré que le changement vient de vous et s’opère en vous. La preuve en est, on peut vous donner des clés de compréhension incroyables, chacun les intégrera à son niveau. Tous ces concepts ne font que saturer notre mental. On les comprend dans la tête, rationnellement, mais aucun d’entre eux ne peut définir quand ni comment on les intégrera dans le corps, dans la matière, dans le cœur.

3) Parce qu’on n’est pas là pour devenir une meilleure version de soi

… comme on l’entend beaucoup sur les réseaux sociaux, ou ailleurs ! On est là pour revenir à notre essence, pour retirer toutes nos couches d’ego, toutes nos couches d’adulte, pour se détacher de toutes nos croyances limitantes, pour sortir de cette prison dorée que nous nous sommes construite et revenir à notre vérité.

Le vrai travail s’opère dans la solitude, de l’humilité, dans l’écoute de soi, dans l’intériorité, dans le lâcher prise.

Tous ces outils extérieurs ne doivent vous servir que pour votre propre introspection. Ne vous en remettez pas totalement à eux mais à plus grand que tout cela, à ce qui vous dépasse. Peut-être que vous entendez des choses, peut-être que vous essayez d’appliquer des concepts que vous avez lu dans les livres de développement personnel qui ne vous parlent pas tant que cela. Mais vous le faites parce qu’on vous a présenté cet outil comme une solution. Mais il n’y a pas de vérité ! Il n’y a pas d’être humain suffisamment supérieur à vous pour parler de solution, de réponse ou de vérité absolue ; chacun vit sa vie sous son propre prisme et on ne peut que vous faire des propositions.

Certaines personnes, par leur vécu ou leur destinée, ont peut-être plus de conscience que d’autres. Et il est bon de s’en inspirer. Mais cela ne veut pas dire que leurs messages sont des vérités absolues. Ce sont leurs vérités, à vous d’y adhérer ou non. Vous avez le choix. Et c’est ce que j’essaye de faire avec mon propre niveau de compréhension ; je ne prétends pas être la meilleure, mais je vous propose ce que j’ai compris. Si cela vous parle, si cela fait sens pour vous, si vous vous reconnaissez dans ce que je dis, si cela vous aide, c’est tant mieux ! C’est que quelque part, on connecte ensemble. Mais il n’y a aucune obligation d’adhérer à ma pensée. C’est en cela que vous disposez d’un pouvoir décisionnel immense : c’est vous qui décidez de comment vous voulez mener votre vie ! Quoi qu’il en soit, je reste authentique et je continuerai de partager ce qui résonne en moi. Mais il n’est pas question de transformer ces partages personnels en un marché populaire et fédérateur pour tous. Ce n’est de toute façon pas possible.

4) Parce qu’il entretient l’ego spirituel

Pendant des années, pour être honnête, j’ai fait ce que j’ai appelé du développement personnel comme nombreuses d’entre nous parce que je voulais devenir quelqu’un. Je pensais qu’après des années à batailler contre moi-même, devenir connue, obtenir une certaine reconnaissance publique, recevoir des compliments, etc. serait le signe de ma réussite. Et pourtant, j’avais tout faux. Aujourd’hui, je me rends compte combien ce n’est pas cela qui me rend heureuse, et que j’aurais pu avoir une autre vie bien plus lambda (sans Instagram, sans ce podcast, sans même créer des accompagnements qui ont aidé près de 200 femmes…).

Bien sûr qu’aujourd’hui, je suis reconnaissante et fière de ce chemin parcouru, mais j’ai compris que ce n’est pas en cela que je considère avoir réussi ma vie. Parce que dans le fond, et je vous le dis avec toute mon humilité, je suis peut-être diététicienne, professeure de yoga, praticienne reiki, coach… donnez-moi l’appellation qui vous fait plaisir ! Mais dans le fond, vous savez, je suis juste une femme qui veut se sentir bien dans son corps, j’ai décidé d’entamer il y a quelques années ce chemin d’amour de soi et de retour à soi, et j’accompagne celles et ceux qui souhaitent emprunter ce même chemin. C’est tout, et c’est déjà bien assez pour moi.

Le fait de revenir à une certaine simplicité, à une certaine légèreté de la vie, me fait beaucoup de bien. Je le sens dans mon corps, que ralentir et me recentrer sur l’essentiel, sur cette simplicité qui me rend foncièrement heureuse, et cela se manifeste avec beaucoup plus de fluidité et de liberté dans mon corps, moins de douleurs. Ce qui me rend heureuse aujourd’hui, c’est de pouvoir apprécier ces moments simples et doux, de partager des moments de connexion avec mes proches, de créer des liens forts avec les gens que j’aime et qui m’inspirent… et juste être moi dans toute cette histoire. Parce que finalement, quand on arrivera à la fin, à notre mort, on se rendra compte que toute notre vie n’était qu’une histoire entre nous et nous-même. Point final.

5) Parce que je me rends compte que tout tourne en rond

Chacun dit plus ou moins la même chose expliqué différemment, qu’on se complique beaucoup la vie à force de se poser trop de questions, qu’on se déconnecte de notre intuition profonde avec tous ces nœuds dans le cerveau qu’on se fait… et qu’on n’y gagne pas grand chose à part un bon mal de tête ! Plus j’expérimente cette vie, plus je réalise que l’immensité qui nous entoure et qu’on tente de faire rentrer dans des concepts explicables, montre qu’en réalité on ne sait rien, on ne maîtrise rien, on ne demande rien d’autre que de vivre ce flow de la vie divinement orchestré.

“Ce que je sais, c’est que je ne sais rien.” – Socrate.

Il s’agit là encore d’humilité que d’accepter que nous ne sommes pas les maîtres de cette vie. Nous sommes les maîtres de notre jeu, le jeu de notre ego, le jeu de notre illusion, le jeu de notre réalité – mais cette réalité n’appartient qu’à nous alors que nous ne sommes qu’une fractale du monde dans lequel on vit. Nous ne sommes qu’une fractale d’un grand Tout.

J’espère que cet article vous a plu. N’hésitez pas à me donner votre avis sur cette notion de développement personnel en commentaire.

Prenez soin de vous,

Claire

Vous pourriez aussi aimer…

Les bénéfices secondaires des TCA

Les bénéfices secondaires des TCA

Bonjour à tous, Dans ce nouvel article, j'ai envie de vous parler des bénéfices secondaires qui accompagnent souvent les troubles des conduites alimentaires. Les bénéfices secondaires sont les gains psychologiques non intentionnels que les individus atteints de TCA...

Comment se sevrer du sucre ?

Comment se sevrer du sucre ?

Le sucre est partout et le plus grand fléau, c’est le sucre caché. Il est responsable de nombreux problèmes de santé : prise de poids, diabète de type 2 (+ de 3,5M de personnes traitées !) troubles hormonaux, stress chronique, dérèglement du microbiote, troubles de...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Claire Poncet

Diététicienne-nutritionniste, professeure de yoga et créatrice de contenus digitaux, je vous accompagne vers une relation plus saine et sereine avec votre corps.