M
 

Syndrome du Côlon Irritable : le protocole pour en finir avec vos troubles digestifs – Partie 1

par | Sep 6, 2023 | Blog, Santé | 0 commentaires

Lire la partie 2 de cet article – alimentation & plantes pour le côlon irritable : c’est ici.

Bonjour à tous,

Je vous retrouve dans cet article suite à une forte demande d’explications concernant le Syndrome de l’Intestin Irritable (SII ou IBS pour Irritable Bowel Syndrome en Anglais), aussi appelé colopathie fonctionnelle. Dans cet article, je vous livre mes solutions pour l’apaiser et mieux vivre avec au quotidien.

Étant moi-même sujette à une digestion difficile et réactive à plusieurs aliments, j’ai réussi – avec les années – à cibler ce qui me convenait et ce qui pouvait me créer des maux. Le SII étant très fortement lié à notre état psychologique, il m’a été indispensable de revoir ma manière de penser mon alimentation et mon rapport au corps, pour devenir plus apaisée et détachée, compréhensive et tolérante vis-à-vis de moi-même. Je vous encourage grandement à faire de même.

Note : Le syndrome du côlon irritable n’est pas une maladie, mais un trouble fonctionnel de l’intestin. Il n’y a donc pas lieu de le faire disparaître, mais plutôt de connaître les bonnes méthodes pour éviter qu’il ne se manifeste.

Si ce sujet vous intéresse et si vous vous sentez concernés par ce trouble, je vous conseille vivement de jeter un œil au Guide du Côlon Irritable que j’ai conçu. Vous y retrouverez le protocole en 3 étapes pour en finir avec vos problèmes de digestion et retrouver un confort digestif durable.

Qu’est-ce que le Syndrome de l’Intestin Irritable ?

Le Syndrome de l’Intestin Irritable (SII) est un trouble résultant d’une hypersensibilité des cellules nerveuses présentes dans le tube digestif, créant ainsi une alternance de contractions et relâchements intenses, répétitifs et très souvent douloureux. Le SII est tout à fait bénin et ne constitue pas une pathologie en soi, mais il peut altérer la qualité de vie d’une personne ne suivant pas les conseils hygiéno-diététiques adaptés à ce syndrome.

C’est un trouble pour lequel on manque encore cruellement de recul, raison pour laquelle le diagnostic et la prise en charge restent assez aléatoires. Beaucoup de personnes portent l’étiquette de “côlon irritable” sans pour autant savoir ce qu’elles ont vraiment, ni comment soigner leurs symptômes.

En effet, une erreur couramment faite dans le monde médical est de considérer tout dysfonctionnement inexplicable comme un Syndrome du Côlon Irritable. Or, pour beaucoup d’entre nous, les maux peuvent s’estomper par une simple adaptation de l’alimentation. Il est important de comprendre que, dans le cadre du SII, la principale cause du syndrome sur laquelle travailler est l’état émotionnel. Une personne atteinte du SII pourra corriger son alimentation de la manière la plus parfaite, en ignorant ses émotions refoulées le syndrome se perpétuera. Inversement, la souffrance physique ne fera qu’aggraver l’état psychologique.

Quels sont les symptômes ?

Symptômes digestifs les plus courants :

  • Douleurs intestinales (côté droit ou gauche)
  • Constipation et/ou diarrhée
  • Ballonnements
  • Flatulences
  • Gaz non odorants (maldigestion des glucides)
  • Gaz odorants (maldigestion des protéines)
  • Reflux gastro-œsophagien
  • Perte de la sensation de faim
  • Sensation d’être vite rassasié(e)
  • Nausées et/ou vomissements

La souffrance d’ordre physique a évidemment une grande incidence au niveau psychologique. Parfois, des périodes de crise peuvent survenir et celles-ci s’expriment avec une intensité plus forte que d’habitude et peuvent s’accompagner de la recrudescence de nouveaux symptômes. La durée varie selon les individus, de plusieurs heures à plusieurs jours.

Les symptômes peuvent aussi être extra-digestifs, par exemple :

  • Fatigue intense
  • Carences nutritionnelles
  • Déshydratation
  • Hémorroïdes
  • Difficultés respiratoires
  • Troubles du sommeil
  • Anxiété
  • Dépression

À savoir : Il n’existe aucun test, ni traitement pour l’intestin irritable à ce jour. Le diagnostic repose sur l’exclusion d’autres pathologies qu’on vérifiera par une échographie, gastroscopie et/ou coloscopie. Ces résultats ne confirment pas la présence d’un SII mais bien l’absence d’autres maladies. C’est pour cela que, toutes maladies étant exclues par ailleurs, on peut finir par suspecter un SII.

Quelles en sont les causes ?

Le syndrome de l’intestin irritable est en partie dû à une inflammation chronique de l’intestin. Cependant, selon moi, il faut absolument travailler sur la sphère émotionnelle en parallèle, sans quoi je pense que le syndrome ne pourra s’améliorer que partiellement. Notre système nerveux est intimement lié à notre digestion et inversement, ce qui explique à quel point une douleur psychologique peut influer sur nos organes digestifs (principalement les intestins mais œsophage, estomac, foie, vésicule biliaire et pancréas sont parfois aussi touchés).

Le syndrome de l’intestin irritable n’est pas un simple dérèglement de l’intestin qui se soigne sur le court terme ; c’est un trouble qui vous invite à revoir votre alimentation et votre hygiène de vie dans leur globalité et ce, sans durée de temps.

Les personnes de nature stressée, anxieuse et sujettes aux crises d’angoisses sont, sans surprise, plus touchées. Notre corps encaisse directement le stress et la pression mentale que l’on s’inflige, ce qui ne la rend pas illégitime mais peut expliquer la cause de nos maux physiques. N’oublions pas que l’hypersensibilité émotionnelle est un facteur-clé dans la gestion de la douleur. Je vous rassure, on peut bien vivre avec le syndrome de l’intestin irritable. Et c’est justement grâce à certaines habitudes de vie que nous allons voir dans cet article que vous pourrez améliorer vos troubles digestifs.

Comment traiter le Syndrome de l’Intestin Irritable ?

Le protocole FODMAPs

Le terme FODMAPs est un acronyme de : Fermentable Oligosaccharides Disaccharides Monosaccharides and Polyols. Ce sont des sucres fermentescibles qui, chez une personne atteinte du côlon irritable, ne sont pas proprement digérés et de ce fait, ils fermentent dans l’intestin et génèrent des gazs et un ventre gonflé.

Le but du protocole FODMAPs est d’identifier le(s) groupe(s) de FODMAPs qui vous pose(nt) problème pour les éviter sélectivement. La plupart du temps, nous sommes intolérants qu’à une ou plusieurs catégories de FODMAPs, mais pas toutes. Cette identification précise vous permet d’éliminer temporairement les seuls FODMAPs qui vous posent problème sans entrer dans une éviction de tous les FODMAPs, ce qui serait vraiment restrictif et préjudiciable sur le long terme.

  • Étape 1 : On élimine les FODMAPs pour apaiser les symptômes rapidement
  • Étape 2 : On réintroduit les groupes de FODMAPs un à un pour identifier vos intolérances
  • Étape 3 : On maintient une alimentation saine et variée, normalement sans intolérance

Le protocole en 3 étapes :

Il existe 4 groupes de FODMAPs parmi lesquels on distingue 6 sous-groupes :

  • oligosaccharides : fructanes (céréales) et galactanes (légumineuses)
  • disaccharides : lactose (lait)
  • monosaccharides : fructose (fruits)
  • polyols : sorbitol et mannitol (édulcorants)

Comme je vous l’ai dit, il est assez rare que l’on soit intolérant à tous les sous-groupes de FODMAPs. Généralement, ce sont plutôt 1 ou 2 sous-groupes qui posent problème. La durée de la phase 1 d’élimination va durer entre 3 et 8 semaines, mais surtout pas plus de 8 semaines au risque de vous exposer à des carences. C’est vraiment le piège dans lequel il ne faut pas tomber ! Beaucoup de personnes se sentent mieux après avoir enlevé tous les FODMAPs mais, en faisant cela, vous vous exposez réellement à des carences dangereuses sur le long terme donc la réintroduction est incontournable.

Dans le Guide du Côlon Irritable, vous avez un tableau qui vous illustre toutes les catégories de FODMAPs et les aliments dans lesquels on les trouve.

L’étape 2 est la réintroduction progressive des FODMAPs. Là, vous devez réintroduire les sous-groupes de FODMAPs un par un pour tester votre tolérance à chacun d’eux.

Seule exception : Je vous conseille de réintroduire en dernier l’ail et l’oignon (catégorie des fructanes) car ils sont particulièrement difficiles à digérer.

La réintroduction de chaque sous-groupe de FODMAPs se fait en 3 jours avec une pause de 3 jours entre chaque réintroduction pour que votre intestin puisse s’adapter aux aliments. À nouveau, vous avez deux tableaux qui illustrent le schéma de réintroduction dans mon Guide du Côlon Irritable pour être sûrs de ne pas vous tromper. Je vous indique également à chaque étape de la réintroduction et pour chaque sous-groupe de FODMAPs, la quantité à prendre pour tester votre degré de tolérance.

Exemple : Pour tester votre tolérance au fructose, vous allez commencer par 5 boules de raisin, puis réintroduire 10 boules de raisin, et finalement tester 15 boules de raisin.

Enfin, une fois que vous avez suivi le protocole pour tous les sous-groupes de FODMAPs, vous arrivez à l’étape 3 qui est l’état de maintenance. À cette étape, vous avez normalement une idée de ce qui vous convient et de ce qui ne vous convient pas.

Important : Votre sensibilité aux FODMAPs peut évoluer dans le temps. Vous pouvez être intolérant à un aliment aujourd’hui et mieux le tolérer dans quelques mois. C’est notamment pour cette raison que je vous conseille de rester flexible et de ne pas catégoriquement bannir les FODMAPs auxquels vous avez une sensibilité. Ça peut valoir le coup de retester certains aliments plus tard ! Par exemple, pendant des années, je n’ai pas digéré les poivrons et pourtant, aujourd’hui, je peux en remanger des petites quantités donc rien n’est figé !

Hygiène de vie & comportement alimentaire

Il y a d’une part ce que vous mangez, et d’autre part comment vous mangez et les deux sont tout aussi importants.

Pour éviter les ballonnements, évitez de manger de trop grandes quantités de nourriture. Faites 3 ou 4 petits repas plutôt qu’1 ou 2 gros repas. Mangez en conscience, prenez le temps de respirer entre chaque bouchée et évitez les distractions pendant les repas.

Pensez à mastiquer : tout ce que vous croquez, ce sont les enzymes salivaires qui vont le prédigérer et c’est du travail en moins pour votre estomac ! Mangez lorsque vous êtes apaisé(e) et n’hésitez pas à repousser l’heure du repas si vous êtes en colère, triste, anxieux(se).

Évitez de boire pendant les repas car vous diluez vos enzymes digestives. Boire chaud peut aussi vous aider à apaiser vos symptômes en boostant votre digestion.

Dans le Guide du Côlon Irritable, je vous conseille également quelques compléments alimentaires et des plantes pour soulager le syndrome du côlon irritable. Une que vous pouvez essayer, qui fait généralement du bien à tout le monde, c’est le triphala. C’est un complexe ayurvédique qui stimule le feu digestif et régule le transit intestinal. Elle fonctionne très bien chez les personnes qui ont un SII-C car elle prévient la constipation. Pour le SII-D, je vous orienterais plutôt sur de la glutamine : un AA qui vient tapisser la muqueuse intestinale comme un pansement et calmera les transits rapides. Je vous donne aussi quelques recettes bidou-friendly que vous pouvez essayer tout au long du protocole.

Conclusion – Vous n’êtes pas seul(e)

Le Syndrome de l’Intestin Irritable est un dysfonctionnement de plus en plus commun, mais la rémission des symptômes est unique et propre à chacun d’entre nous. Lisez, documentez-vous, faites-vous aider… J’espère que cet article vous aura aidés à mieux cerner ce qu’est ce trouble et que vous pourrez mettre en place des solutions dès à présent.

Pour synthétiser le tout, il y a deux axes principaux sur lesquels travailler si vous voulez soulager votre côlon irritable :

  • la mise en place du protocole FODMAPs (souvent incontournable au début)
  • la gestion du stress et des émotions via une hygiène de vie plus sereine

À cela, vous pouvez ajouter des plantes médicinales mais elles ne substituent pas les mesures hygiéno-diététiques qui s’imposent en premier lieu.

sii_fodmaps

Vous pourriez aussi aimer…

Que manger pour avoir une belle peau ?

Que manger pour avoir une belle peau ?

Bienvenue dans ce nouvel article. Aujourd’hui, j'ai envie de vous parler de la santé de la peau. On ne va pas se mentir, même si cela peut paraître anodin pour certaines, les problèmes de peau peuvent véritablement complexer et rabaisser l’estime et la confiance en...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Claire Poncet

Diététicienne-nutritionniste, professeure de yoga et créatrice de contenus digitaux, je vous accompagne vers une relation plus saine et sereine avec votre corps.